Agnam-Goly

Economie et développement

Agnam-Goly
Champs du Walo de Agnam-Goly
Les villageois d'Agnam-Goly vivent des cultures pratiquées dans le walo grâce à la crue du fleuve Sénégal (sorgho, maïs, haricot, pastèque) et des cultures du diéri (mil, haricot, bissap, melon, sorgho) grâce à la saison des pluies. Mais l'agriculture est en crise car la pluviométrie est très faible, l'irrigation est insuffisante, les terres s'appauvrissent, les engrais sont chers et des ravageurs (criquets, vers) provoquent des dégâts aux cultures. Néanmoins, le maraîchage pourrait être prometteur dans les années à venir.

Outre l'agriculture, les villageois pratiquent aussi l'élevage intensif et extensif dont le cheptel est majoritairement composé de bovins, d'ovins et de caprins. L'élevage de volailles n'est pas très développé de même que le commerce.

Le village vit donc principalement des fruits de l'émigration. Ces émigrés soutiennent leur famille mensuellement en leur envoyant des sommes d'argent pour la ration alimentaire nécessaire. Ils assurent ainsi l'éducation de leurs enfants et la santé de leurs familles.

Le village d'Agnam-Goly, traversé par la route nationale N2, comporte les infrastructures et services suivants :

  • une école de douze salles de classes (dont 6 construites par le village sur fonds propre) disposant en partie de l'électricité ;
  • un collége pour l'enseignement secondaire ;
  • un poste de santé équipé d'une ambulance hors service ;
  • un forage et six puits ;
  • une mutuelle d'épargne et de crédit des femmes d'Agnam ;
  • un terrain de football qui constitue le site du futur stade ;
  • un marché central et un marché hebdomadaire.
  • une grande mosquée et deux autres mosquées secondaires.

Les habitations du village dont principalement des terrasses et des R+1 sont aussi des fruits de l'immigration.